Micro station NDG

Macromedia Flash Player 8 est ncessaire pour lire ce fichier

Une révolution dans l'assainissement :
la micro station à culture fixée NDG

Plus qu'une alternative au traitement par le sol, la Micro station d’épuration à culture fixée NDG est une solution innovante, simple et efficace pour le traitement des eaux usées domestiques.

De manière générale l’arrivée de la micro station sur le marché français est récente. Elle a été favorisée par la mise en place d’agréments ministériels qui a démarré en 2010. Jusqu’à cette date La France n’acceptait que le traitement par le sol.

On notera que la microstation est déjà mise en place dans 25 pays sur 3 continents, Europe, Afrique, Asie. Tout particulièrement en Allemagne où les exigences en matière de protection de l’environnement sont au moins aussi fortes qu’en France.

Le procédé de traitement

La décantation primaire Traitement des Matières en Suspension (MES)
Dans les deux premiers compartiments, les matières solides sont séparées des eaux usées domestiques grâce à la force gravitationnelle. Le passage d’un compartiment à un autre se fait par surverse au moyen d’un tuyau immergé. Il n’y a donc pas de mécanisme et la décantation se fait dans 2 compartiments.

Traitement biologique (Compartiment 3) : Transformation des matières azotées (phase d’aération et de repos)
Le réacteur biologique (compartiment 3) contient un matériel BioBlok en PEHD (inerte vis à vis du rejet des eaux épurées). Ce BioBlock est constitué de tubes (Ø 55 mm) sur lesquels la biomasse va se développer.
Les eaux usées domestiques venant du deuxième compartiment sont liquéfiées et passent par gravité sous le lit fixe au moyen d’un tuyau submersible. Cela permet un bon mélange des effluents dans le réservoir.
L’entrée de l’air se fait grâce aux diffuseurs tubulaires submersibles situés en dessous des BioBloks®. L’air est ainsi distribué de façon égale sur toute la surface du réservoir.
L’air nécessaire pour le traitement biologique est fourni par un surpresseur linéaire qui se situe dans le dôme de la micro station. La distance entre le diffuseur et le surpresseur est donc limitée ce qui permet de réduire considérablement les pertes de charges.
Le dôme fournit un logement séparé protégeant le surpresseur des intempéries. Pour limiter les effets vibratoires et sonores, le surpresseur est équipé de 4 joints « silent bloc ».

La décantation secondaire (Compartiment 4) : Traitement des Matières en suspension
Après le traitement biologique, l’eau contenant l’excès de boue expulsé par l’oxygénation du lit fixe arrive dans le compartiment de précipitation finale à travers le tuyau submersible par gravité.
La forme conique du réservoir facilite la collecte des boues qui sont ensuite pompées périodiquement vers le premier réservoir de précipitation primaire. Ce pompage est effectué par un système d’AIRLIFT alimenté en air par le compresseur situé dans le dôme de la station.
Enfin, l’eau épurée s’écoule par le tuyau de sortie de la microstation situé au sommet de la cuve et toujours par gravité.


Caractéristiques générale : Une résistance exceptionnelle :
Les cuves plastiques NDG sont de hautes qualités. Le procédé de fabrication (rotomoulage) consiste à injecter de la mousse de polyuréthane haute densité entre deux couches de polyéthylène Lumicene ®.
Cet assemblage confère au réservoir une grande stabilité et une résistance mécanique exceptionnelle. L’épaisseur des parois varie de 5 à 10 cm.
L’isolation en mousse de polyuréthane permet de stabiliser le processus de biodégradation même en période de saison froide.
Les cuves NDG peuvent être installées hors sol ou enterrées. Pour répondre à l’installation hors-sol, le polyéthylène est entièrement stabilisé pour lutter contre l’effet des rayons Ultra-violets.
Etanchéité parfaite : Les cuves sont fabriquées en une seule pièce, sans soudure et sont donc 100 % étanche. Le couvercle principal est fixé au sommet de la cuve par des vis en acier inoxydable. Un joins durable et flexible assure l’étanchéité entre le couvercle et la cuve.


La fosse septique est dépassée !

La fosse septique, très largement utilisée en France, n'est pas un appareil qui traite les eaux usées, mais qui les liquéfie. En effet, 70 à 80 % de la pollution qui y entre en ressort. Ce n’est donc qu’une solution de pré traitement.

On ne peut parler de traitement des eaux usées, qu’à partir du moment ou ces fosses sont couplées à des solutions compactes filtrantes : Filtres à sable par exemple ou autres. Encore faut-il disposer de la place nécessaire et du type de terrain adapté à ce lit d’épandage.

Le résultat :
Une installation encombrante et souvent complexe à mettre en œuvre.
Un bilan sur les installations existantes très inquiétantes : plus de 4 000 000 d’installations non conformes !
Pour le consommateur :
Une solution coûteuse et une efficacité difficilement mesurable. Des nuisances olfactives connues.
Pour les professionnels de l’assainissement :
Un vrai problème de service après vente et d’analyse, car comment contrôler ce qui est enterré ?

h2o infinity revendeur exclusif de la gamme microstation modulaire d'épuration NDG eau
Réalisation M Roulland